Découverte de Proxmox et liaison avec un SAN iSCSI

Cloud_storage.1280x800

Salut les barbus, en forme pour faire chauffer le terminal ? En fait aujourd’hui pas trop puisque nous allons nous intéresser à un outil que j’ai récemment découvert et que j’ai tout de suite adopté : Proxmox.

Ce nouveau billet en rapport avec mon projet de fin d’année est en lien direct avec un précédent pseudo-tutoriel sur la mise en place d’un SAN iSCSI hautement disponible via DRBD et Keepalived.

Comme le SAN est maintenant prêt, fonctionnel et supporte les pannes, je peux à présent me tourner vers le serveur de virtualisation qu’il va falloir que je « plug » sur le SAN afin qu’il puisse y stocker ses machines virtuelles. Cool non ?

Mais d’abord, Proxmox, c’est quoi ?

Proxmox VE (pour Proxmox Virtual Environment) est une plateforme de virtualisation Open Source basée sur KVM et OpenVZ.

L’ensemble tourne sur Debian et se présente comme une distribution que l’on va installer sur une machine. Une fois installée, l’interface web de Proxmox vous permettra de créer, modifier, déployer des machines virtuelles comme bon nous semble.

C’est plus ou moins le concurrent Open Source de VMware ESX si vous connaissez. J’étais d’ailleurs parti pour faire tourner mon projet avec les solutions de VMware, mais quand j’ai vu que vCenter Server ne fonctionnait que sous Windows Server et la quantité de ressource matérielles nécessaires, j’ai vite abandonné l’idée…

Mais revenons à nos moutons. Parmi les fonctionnalités intéressantes de Proxmox on trouve :

  • Environnement très stable (basé sur Debian) et scalable (la gestion de clusters n’a jamais été aussi facile !)
  • Virtualisation complète avec KVM
  • Fonctions de snapshots à chaud
  • Création de VPS (Virtual Private Server) avec OpenVZ
  • Migration de machines virtuelles à chaud, sans coupure
  • Possibilité de clustering HA
  • Une API RESTful pour nos amis développeurs
  • Un système de fichier dédié (pmxcfs) pour éviter les soucis de compatibilité dans le cadre du clustering
  • Sauvegarde et restauration (la base) des machines virtuelles et de la configuration de Proxmox
  • Une administration basée sur des rôles et des groupes
  • Prise en charge de PAM, Active Directory ou LDAP pour l’authentification
  • Gestionnaire de vLANS avancé pour vos VM
  • Support de pleins de belles choses en termes de stockage à savoir : FC (Fiber Channel), NFS ou… iSCSI !
  • Etc.

Et ça tombe bien, j’ai un SAN iSCSI sous la main ! Voyons voir comment lier les deux.

Installation de Proxmox

Quitte à faire les choses bien, autant commencer par lé début. Et le début, c’est l’installation de Proxmox. Dans mon cas, n’ayant pas de serveur sous la main, je l’ai virtualisé avec VMware Workstation 9. J’ai préparé une VM comme si j’en préparais une pour Debian 64bits et démarré sur l’iso de Proxmox, que vous pouvez trouver par ici.

Une fois démarré, c’est super simple :

Installation de Proxmox VE-1

Acceptez la licence (GNU GPL).

"Next"

« Next »

Choisissez pays et langue

Choisissez pays et langue

Renseignez le mot de passe root

Renseignez le mot de passe root

Renseignez le nom de machine et la configuration réseau

Renseignez le nom de machine et la configuration réseau

Et allez faire un tour sur Bonjour Madame. L'installation est relativement rapide :)

Et allez faire un tour sur Bonjour Madame. L’installation est relativement rapide 🙂

Une fois l’installation terminée et la machine redémarrée, vous êtes invités à vous connecter à l’interface d’administration de Proxmox à l’adresse choisie précédemment (192.168.100.20 dans mon cas), sur le port 8006 et en https avec le login « root » et le mot de passe défini précédemment.

Interface d'administration de Proxmox - Accueil

Excellent n’est-ce pas ?

Pour mon projet, j’ai choisi de placer mes hyperviseurs (oui il y en aura plusieurs 🙂 j’attends juste que ma commande de RAM arrive) sur les adresses IP 192.168.100.20-29 et de les nommer avec des noms de Titans grecs. Je propose de commencer avec atlas, sur 192.168.100.20.

Connexion de Proxmox au SAN iSCSI

Si vous n’avez pas lu mon précédent billet sur la mise en place du SAN, voici ce que je cherche à obtenir comme infrastructure :

Schéma Architecture

Le SAN est prêt, il reste à l’ajouter dans Proxmox. Pour faire cela, c’est très simple : si vous vous souvenez du premier screenshot de Proxmox un peu plus haut, vous avez un onglet « Stockage ». Allez-y et cliquez simplement sur « Ajouter » > « iSCSI Target ».

Plus simple tu meurs...

Plus simple tu meurs…

Proxmox va alors vous demander l’adresse IP du SAN a écouter. Une fois ce champs renseigné, l’IQN de votre target iSCSI devrait automatiquement apparaître dans le menue déroulant juste en dessous.

Ajouter un stockage iSCSI Proxmox

Choisissez un nom pour votre stockage (champ ID), le nœud Proxmox pour lequel il sera disponible (dans mon cas, tous), cochez « Activer » et décochez « Utiliser les LUNs en direct ».

Ajouter un stockage iSCSI Proxmox - 2

Vous voilà maintenant avec un hyperviseur lié à un SAN, seulement en quelques clics. Magique non ?!

Et voilà, ce billet s’arrête déjà là. Prochaine étape : l’envoi d’un .iso de Debian à Proxmox afin de créer la première machine virtuelle. Voyez déjà l’interface très intuitive de Proxmox qui va vous permettre de faire des choses vraiment extraordinaire en quelques clics. Nous verrons cela au fil de nos manipulations ! D’ici là, amusez-vous bien !

😉

Source de l’image : comme toujours, wlppr.com

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Twitter Facebook Google Plus email