Récupérer les fichiers téléchargés avec ma seedbox

Transmission

Je ne vous cache pas que l’article que je vous propose depuis avril dernier sur la mise en place d’une seedbox personnelle sous Debian avec Transmission est celui qui rencontre le plus de succès auprès des lecteurs depuis plusieurs mois déjà.

C’est agréable de voir que tout le monde veut partager ses ditributions Linux préférées !

Seulement voilà, en me relisant l’autre jour, je me suis dit que je pourrais poursuivre ce tutoriel, notamment sur la partie « Comment récupérer mes fichiers téléchargés avec seedbox ? ».

C’est maintenant chose faite avec cette suite !

Je vous propose d’ailleurs deux méthodes :

  1. La première : utiliser SSH et son protocole de transfert : SFTP.
  2. La deuxième : utiliser simplement le protocole HTTP pour récupérer nos fichiers avec un simple navigateur web.

Première option : SFTP

Comme je vous le disais précédemment, SFTP est un protocole de communication fonctionnant avec SSH permettant le transfert et la gestion de fichiers à distance. Je ne vais pas vous faire l’inventaire de ces fonctionnalités ici (il y en a un paquet), mais ce que vous devez retenir, c’est que SFTP nécessite simplement un accès SSH (que vous avez déjà normalement) à votre seedbox, ainsi qu’un client.

Récupérer ses fichiers avec SFTP sous Windows

Sous Windows mon client préféré s’appelle WinSCP, mais vous pouvez très bien utiliser FileZilla. WinSCP a l’avantage d’être libre puisqu’il est distribué sous licence GNU GPL.

Une fois que vous avez récupéré l’exécutable qui va bien sur la page de téléchargement, installé et lancé ce petit soft, vous devriez arriver sur la fenêtre suivante :

fenêtre de connexion winscp

Normalement vous ne devriez pas être perdu…

WinSCP Login

Vous pouvez « Sauver » vos identifiants pour pouvoir les ré-utiliser plus tard ou cliquer sur « Connecter » si vous êtes pressés ! Une fois la nouvelle empreinte acceptée, vous arrivez sur l’interface de WinSCP qui se compose de deux parties (si vous l’avez installé en mode « Commander ») :

WinSCP Transfert

À gauche : votre machine locale. À droite : votre seedbox. Si vous vous souvenez du précédent tutoriel, j’avais créé un compte utilisateur pour Transmission afin qu’il « dépose » les fichiers téléchargés dans /home/downloader/. Sur l’image précédente on voit d’ailleurs que transmission-daemon est bien propriétaire des fichiers et dossiers présents ici.

Pour récupérer un fichier c’est très simple : un cliquer-glisser de droite à gauche…

Et sous Linux ?

Comme le monde beau et merveilleux de Linux est beau et merveilleux, il suffit simplement d’ouvrir votre explorateur de fichier et d’y renseigner l’adresse de votre seedbox !

Ici avec Linux Mint...

Ici avec Linux Mint…

Voilà pour la méthode SFTP. Elle est vraiment simple à mettre en place et propose un certain niveau de sécurité puisque tous vos échanges sont chiffrés. Personnellement ce n’est pas celle que j’utilise le plus sur ma seedbox car nous sommes plusieurs à l’utiliser et SFTP nécessite d’avoir un compte SSH sur le serveur… J’ai donc opté pour une méthode reposant sur l’utilisation d’un virtual host Apache permettant de télécharger tous mes fichiers via un simple navigateur.

Deuxième option : utilisation de l’index Apache.

Note : cette option nécessite que vous ayez un nom de domaine…

L’idée c’est de créer un virtual host dont la racine pointerait sur /home/downloader/ (là où Transmission dépose ce qu’il télécharge) et en afficherait le contenu via l’option « Indexes ». Mais si vous connaissez cette option ! Lorsqu’elle est activée elle permet d’avoir des pages très moches intitulées « Index Of / » ; Ici sur debian.org :

Index of Debian FTP

U-U-U-U-UUUULTRAA MOCHE !!!

Heureusement, il existe des projets permettant d’embellir cette interface. L’un des plus beaux s’appelle h5ai et je vous conseille très fortement d’aller faire un tour sur la page de démonstration.

Ça a quand même plus de gueule non ?!

Ça a quand même plus de gueule non ?!

Et cerise sur le gâteau, c’est vraiment très simple à installer.

Installation de h5ai

Je pars du principe que vous avez suivi le tutoriel précédent…
Téléchargez simplement la dernière version (au 03/11/2013) et décompressez l’archive ZIP dossier dans /home/downloader/.

cd /home/downloader
wget http://release.larsjung.de/h5ai/h5ai-0.24.0.zip
unzip h5ai-0.24.0.zip

Et c’est tout ! Ou presque… Il nous reste le virtual host.

Création du virtual host Apache

Pour une fois je vous la fait simple, pas de chiffrement, juste un mot de passe. D’ailleurs voici comment créer un mot de passe avec htdigest :

sudo htdigest -c /home/downloader/.htdigest "Access restricted" <Utilisateur>

L’option -c permet à htdigest de créer le fichier (ou l’écraser s’il existe déjà) .htdigest afin d’y stocker le mot de passe de Utilisateur. Il ne reste plus que la création du vhost Apache dans /etc/apache2/sites-available/files.conf :

<VirtualHost *:80>
        ServerName  files.mon-domaine.com
 
	<Directory /home/downloader>
		# On autorise l'affichage du contenu du dossier
                Options +Indexes
 
		# Zone nécessitant Identifiant / Mot de passe
		AuthType Digest
                AuthName "Access restricted"
                AuthDigestDomain http://files.mon-domaine.com/
                AuthDigestProvider file
                AuthUserFile /home/downloader/.htdigest
                Require valid-user
 
		# On surcharge l'interface Apache avec h5ai
                DirectoryIndex index.html index.php /_h5ai/server/php/index.php
        </Directory>
 
        CustomLog /dev/null "combined"
        ErrorLog ${APACHE_LOG_DIR}/dl-error.log
</VirtualHost>
Ce vhost est valide pour Apache 2.4… Activez-le et rechargez Apache :
sudo a2ensite files.conf
sudo service apache2 reload

Accédez à votre nouveau site, et profitez de votre belle interface !

Le mot de la fin…

h5ai propose tout un tas d’options que vous pouvez facilement configurer via le fichier _h5ai/conf/options.json : génération d’archives, suppression de fichiers, uploads, vignettes… Ces options peuvent néanmoins nécessiter quelques dépendances. Pour vérifier si tout est bon vous pouvez utiliser la page files.guillaume-leduc.fr/_h5ai/ 🙂

Et si vous avez des questions il y a toujours les commentaires !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Twitter Facebook Google Plus email